200e anniversaire de l’immigration polonaise au Manitoba

 

1817 à 2017 — 200 ans d’immigration polonaise au Manitoba — Section manitobaine du Congrès canadien polonais 

I 

Les premiers Polonais à arriver au Manitoba étaient un groupe d’anciens soldats du régiment de Meuron. Ils sont venus à la colonie de la Rivière-Rouge avec l’expédition de Lord Selkirk en 1817. 

En 1795, la Pologne perd son indépendance et son territoire est divisé entre la monarchie d’Autriche-Hongrie, la Russie impériale et le royaume de Prusse. Privés de la capacité de rétablir l’indépendance de la Pologne par leurs propres moyens, des milliers de Polonais s’enrôlent sous les bannières de Napoléon, qui combattait les puissances coalisées qui avaient divisé la Pologne. Pendant les campagnes espagnoles et italiennes, les Polonais sont capturés par les Britanniques qui se battaient à l’époque du côté de la coalition. En tant que prisonniers de guerre, leur seul espoir de liberté était de se porter volontaire pour servir dans des régiments étrangers, tels que les régiments de Watteville et de Meuron qui sont amenés dans le Haut-Canada pour prêter main-forte aux Britanniques dans la guerre anglo-américaine de 1812. 

Au début du dix-neuvième siècle, les tentatives de contrôler le commerce des fourrures extrêmement rentable dans l’Ouest canadien provoquent un conflit violent entre la Compagnie de la Baie d’Hudson et la Compagnie du Nord-Ouest. En 1816, la bataille entre les deux parties du conflit se termine par un bain de sang tragique. En conséquence, Lord Selkirk, qui possédait une 

vaste étendue de terre le long de la rivière Rouge, décide de recruter une centaine de volontaires des régiments dissous de Watteville et de Meuron (dont 10 Polonais) afin de rétablir l’ordre et de protéger la colonie de la rivière Rouge. Quelques-uns de ces Polonais s’installent plus tard sur les rives de la rivière Rouge en 1817, après que Lord Selkirk leur ait généreusement offert des incitatifs financiers ainsi que de grandes portions de terre. Le reste d’entre eux partent vers d’autres parties du Canada ou des États-Unis après la grande inondation de 1826. Ces 10 recrues polonaises étaient Michel Bardowicz, Pierre Gandroski, Andrew Jankowski, Michael Kaminski, Martin Kralich, Wojciech Lasota, Laurent Kwileski, John Wasilowski, Michel Isaak et Antoine Sabatzki. 

II 

La plus grande vague d’immigration polonaise au Manitoba de l’Europe continentale a commencé à la fin des années 1890 au XIXe siècle et s’est poursuivie jusqu’au début de la Première Guerre mondiale en 1914. Elle a repris après la guerre et continué jusqu’au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale en 1939. 

Vers la fin du XIXe siècle, le gouvernement du Canada et le Chemin de fer Canadien Pacifique mènent une vaste campagne en Europe pour encourager les gens à s’installer au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta. À la suite des changements favorables apportés à la politique d’immigration par le gouvernement canadien entre 1891 et 1914, plus de trois millions d’immigrants s’installent dans l’Ouest canadien. 

Ces nouveaux immigrants étaient pour la plupart des paysans 

pauvres issus de régions surpeuplées d’Europe continentale. Le groupe le plus nombreux venait de Galice (qui faisait partie de l’Empire austro-hongrois), d’autres des terres polonaises contrôlées par la Prusse et la Russie. Les décisions sur l’émigration étaient prises principalement en raison de la situation politique du pays occupé, des impôts élevés, de la surpopulation et de la promesse de meilleures conditions de vie au Canada. 

III 

L’immigration après la Seconde Guerre mondiale a commencé après 1945. Cette vague se compose essentiellement de soldats polonais du 2e Corps d’armée polonais et d’autres formations, ainsi que de nombreux civils, qui ont atteint le Canada et le Manitoba. 

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement en Pologne est repris par des communistes soutenus par l’Union soviétique. Au cours des premières années qui suivent la guerre, la terreur policière prévaut dans le pays, tous les partis d’opposition sont dissous et les opposants politiques sont arrêtés. Les Polonais qui étaient restés à l’extérieur de la Pologne (soldats et civils) ne pouvaient pas retourner dans leur patrie. Craignant la répression, des milliers de Polonais décident d’émigrer vers diverses parties du Commonwealth britannique et de l’Amérique du Sud à la suite d’un accord entre le gouvernement polonais en exil et le gouvernement britannique. Beaucoup d’entre eux viennent au Canada, plus précisément au Manitoba. Ils étaient mieux éduqués et mieux préparés à vivre dans leur nouvelle patrie que leurs prédécesseurs. 

IV 

Le groupe Solidarité arrive au Canada dans les années 1980. Plus d’un million de Polonais fuient le pays après la fin de la loi martiale. Beaucoup d’entre eux s’installent au Manitoba. 

Après la Seconde Guerre mondiale, la Pologne se retrouve dans la sphère d’influence de l’Union soviétique communiste. La société polonaise exprime son mécontentement vis-à-vis du système politique et économique imposé à la Pologne par des manifestations périodiques violentes, réprimées dans le sang par les autorités. En 1980, la protestation prend la forme d’une grève générale qui touche l’ensemble du pays et paralyse le fonctionnement de l’État. Sous la pression des comités de grève, les autorités sont contraintes d’enregistrer le syndicat autonome indépendant « Solidarité ». Cette victoire, toutefois, n’améliore pas la relation entre les autorités et le public, et le 13 décembre 1981, le gouvernement polonais instaure la loi martiale. Des milliers d’activistes de Solidarité sont internés, dont beaucoup sont bannis du pays. Après l’annulation de la loi martiale en 1983, l’émigration de la Pologne prend de l’ampleur et de la force. Au cours des années 1980, plus d’un million de Polonais quittent la Pologne. Il s’agissait surtout de jeunes gens bien éduqués dont la persévérance et la détermination leur ont permis de réussir dans leur pays d’adoption et de contribuer au développement économique et culturel du Manitoba et du Canada. 

Platinum sponsors

Canadian Polish Congress Manitoba District
Canadian Polish Millennium Fund
Holy Ghost Fraternal Aid Society
Polish Combatants Association Branch #13
Polish Fraternal Aid Society of St. John Cantius
Polish Dance Ensemble SPK Iskry
Polish Gymnastic Association SOKOL Winnipeg
Polish Combatants Association Branch #13
Knights of Columbus Jan and Albert Kulawy Council
Drs. Wlodzimierz and Monika Czarnecki
Jan and Maria Oleszkiewicz
Ryszard and Grazyna Czajka and Family
Lech and Grazyna Galezowski
David and Bozena Langtry
Chris and Maria Lorenc
Henry Kuzia
Boleslaw Lucki
Dr. Danuta and Stan Ciecierski
Jacek and Agata Chojczak
Leszek and Basia Sytkowski

Gold Sponsors

In Memory of Lech and Emilia Fulmyk
Polish Canadian Women’s Federation Branch #7 in Winnipeg
Dr. Kazimierz Patalas
Will and Mavis Tishinski

Silver Sponsors

Paul A. McCulloch and Margaret Kellermann McCulloch
Royal Canadian Legion Branch #246
Peter and Karen Jarmasz
Dr. Edmund Kuffel
Fred Rakowski

Bronze Sponsors

Zofia DeWitt
Marek and Elzbieta Kornowski
Jerzy and Maria Bibik
Polish Museum Society “Ogniwo”
Margaret and Adam Von Lau
Canadian Polish Athletic Club
Dr. Angelica Galezowski
Martin Cielen
Sokol Polish Folk Ensemble
Waldemar and Elzbieta Antos
Mirek Weischel and Beata Biernacka
Kazimierz Pater
Anna Gebczyk
Dr Krystyna Winogrodzki